projet

Lancé fin 2012 à l’initiative de Stéphanie Lefort, directrice du Théâtre Guignol de Lyon, le projet d’inscrire Guignol sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (UNESCO) apparaît comme une démarche précieuse pour la transmission de son art et de ses traditions aux générations futures.

color2



Qu’est ce que le patrimoine culturel immatériel ?

Créé en 1946, l’UNESCO (organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture)  est un organisme dont la mission officielle est  de « contribuer à l’édification de la paix, à l’élimination de la pauvreté, au développement durable et au dialogue interculturel par l’éducation, les sciences, la culture, la communication et l’information ».  Ainsi, depuis 1972, l’UNESCO tient une liste du patrimoine mondial afin de reconnaître les biens culturels ou naturels considérés comme important pour l’héritage commun de l’humanité. Liste à laquelle s’ajoute, depuis 2001, le patrimoine culturel immatériel, permettant également de cibler les cultures traditionnelles.

La convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO définit comme patrimoine culturel immatériel «les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. »

Le patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO comprend, entre autres, le repas gastronomique français, le théâtre de marionnettes sicilien Opera dei Pupi, ou encore l’art du tissage de tapis azerbaïdjanais, le Flamenco espagnol.

patri

Pourquoi vouloir inscrire Guignol sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité (UNESCO) ?

Déposer une candidature pour inscrire Guignol présente un intérêt multiple.

La démarche offre tout d’abord la possibilité de faire reconnaître à l’échelle internationale le Théâtre de Guignol comme un patrimoine vivant né du brassage des cultures, évoluant entre tradition et modernité, et profondément inscrit dans le paysage culturel français.

Elle permet ensuite de mettre en avant le savoir faire des acteurs du Théâtre de Guignol, une tradition transmise au fil des siècles et se nourrissant de l’apport d’artistes de tout bord (comédiens, musiciens, plasticiens…). Inscrire Guignol sur la liste représentative serait l’occasion de susciter des vocations pour ne pas voir cette tradition s’appauvrir et réhabiliter l’image du personnage trop souvent écornée par une mauvaise pratique de son art.

Enfin, elle est l’occasion de fédérer les différents théâtres et acteurs liés à Guignol qui préservent un état d’esprit et les caractéristiques d’un spectacle populaire et représentatif de la culture française.